Prescription de psychotropes chez les enfants : un constat préoccupant

Le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) a récemment publié un rapport alarmant sur l’augmentation de la consommation de médicaments psychotropes chez les enfants en France. Selon ce dernier, les prescriptions de ces médicaments sont devenues beaucoup trop nombreuses, parfois à des doses élevées, et touchent désormais 5 % de la population pédiatrique française, soit un enfant sur 20.

En effet, la consommation chez les jeunes a augmenté de manière significative en France. Les données de l’Assurance maladie montrent une augmentation de 179 % pour les antidépresseurs et le normothymiques, de 148 % pour les psychostimulants, de 114 % pour les antipsychotiques et de 35 % pour les hypnotiques et les anxiolytiques entre 2010 et 2021. 

Un phénomène de plus en plus répandu 

Selon le HCFEA, « ce phénomène de sur-médication ne concerne pas des cas isolés mais bien des dizaines de milliers d’enfants. Ces niveaux d’augmentation sont sans commune mesure (2 à 20 fois plus élevées) avec ceux observés au niveau de la population générale »

Face à cette situation, le rapport du HCFEA se pose plusieurs questions : les jeunes Français sont-ils particulièrement sujets à la dépression ? Ou bien y a-t-il une défaillance du système de soins, qui tendrait à prescrire trop facilement ces médicaments ?

Pourquoi une telle augmentation ?

Le rapport pointe du doigt deux facteurs qui pourraient expliquer cette tendance. D’une part, les troubles dépressifs augmentent clairement chez les plus jeunes. Les confinements à répétition ont également eu des conséquences désastreuses, avec par exemple une augmentation de 299 % du nombre d’admissions des moins de 15 ans à l’hôpital Robert Debré pour tentative de suicide, entre juillet – août 2019 et mars – avril 2021. D’autre part, le manque de moyens des structures médicales, avec une augmentation de seulement 14 % entre 2008 et 2018, et la forte diminution du nombre de pédopsychiatres en activité, qui sont pour la plupart partis à la retraite, sont également en cause. 

Une attente parfois interminable 

« Faute d’un suivi immédiat en raison du manque de moyens, des situations bénignes de harcèlement ou de légers troubles vont dégénérer en dépressions graves », souligne Amandine Buffière, pédopsychiatre et présidente de la fédération des CMPP (centres médico-psycho-pédagogique), qui alerte également sur le manque de prise en charge et une attente pouvant aller jusqu’à 1 an et demi voir 2 ans pour certains patients. 

Il est impératif d’agir rapidement pour améliorer la prise en charge des enfants souffrant de troubles psychologiques, en offrant un suivi précoce et en renforçant les moyens des structures médicales. Il est également important de sensibiliser les professionnels de santé et le grand public à l’importance de prévenir et de traiter ces troubles sans avoir recours à des médicaments psychotropes de manière trop systématique. Enfin, il convient de continuer à mener des recherches pour mieux comprendre les causes des troubles psychologiques chez les enfants et pour trouver des solutions plus adaptées à leurs besoins.

Article le Figaro
Article Santé Mentale.fr

Ils nous font confiance

Nos avantages

Votre sélection

Vous n'avez pas encore choisi de formation ?

Découvrez nos formations pour les professionnels du secteur médico-social, sanitaire et social en cliquant ici : Nos formations