Vaccin anti-HPV : Une campagne pour les jeunes

La France a pris une mesure importante pour prévenir le cancer du col de l’utérus en lançant une campagne de vaccination gratuite contre le papillomavirus humain (HPV) pour tous les élèves de cinquième, filles et garçons, dès la rentrée prochaine. Le vaccin n’est pas obligatoire, mais les parents peuvent prendre la décision de vacciner leur enfant.

Qu’est-ce que le HPV ? 

Le cancer du col de l’utérus est un cancer qui provoque plus de 1 000 décès en France chaque année. Le HPV est responsable de 30 000 lésions précancéreuses du col de l’utérus et de 6 000 nouveaux cas de cancers chaque année. Ces cancers peuvent également toucher d’autres parties du corps, telles que l’anus, la sphère ORL, la vulve, le vagin et le pénis. La vaccination est un moyen simple et efficace de se protéger contre le HPV.

L’efficacité de la vaccination.

Le Président de la République a déclaré que la vaccination est l’un des moyens de prévention les plus efficaces et que le vaccin anti-HPV a déjà fait ses preuves. Grâce à ces injections, certains pays, comme l’Australie, sont en voie de vaincre ces cancers. En effet, le taux de personnes infectées par les HPV à l’origine des cancers du col de l’utérus en Australie est passé de 22,7 % en 2005-2007 à 1,5 % en 2015 chez les jeunes femmes de 18-24 ans. 
Le pays pourrait l’éradiquer d’ici 15 ans. 

La vaccination est recommandée entre 11 et 14 ans avec un schéma à deux doses de vaccin (six mois entre les deux doses). À cet âge, le vaccin est alors plus efficace, avec une protection proche de 100 %. Elle est également possible pour les jeunes plus âgés, entre 15 et 19 ans révolus, avec l’injection de trois doses. Le chef de l’État a promis un « accès facilité et moins coûteux à la vaccination » pour les jeunes qui sont trop âgés pour bénéficier de la campagne de vaccination en cinquième. Le vaccin pourra désormais leur être administré, non seulement par le médecin traitant, mais également par les pharmaciens, les sage-femmes et les infirmières, et le reste à charge sera réduit.

La France n’a pas atteint ses objectifs.

La France est très en retard en matière de couverture vaccinale contre le HPV. Actuellement, seulement 37 % des filles et 9 % des garçons sont vaccinés. La couverture vaccinale est bie en dessous des objectifs du plan cancer 2014-2019 qui fixait l’objectif de couverture à 60 %, ou du dernier plan cancer (2021-2030) qui vise une couverture de 80 % en 2030.

La France a donc décidé de prendre des mesures pour rattraper ce retard. La campagne de vaccination gratuite pour tous les élèves de cinquième est une étape importante dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus et les autres cancers liés au HPV. 

Pour plus d’information sur cet article
Les infections à Papillomavirus humains (HPV)

Ils nous font confiance

Nos avantages

Votre sélection

Vous n'avez pas encore choisi de formation ?

Découvrez nos formations pour les professionnels du secteur médico-social, sanitaire et social en cliquant ici : Nos formations